Recherche

Accueil du site / Activités / Activités récentes / Mai-juin 2009 Evaluation de la coopération décentralisée entre Montreuil et le cercle de Yélimané au Mali

Dans un contexte de changement d’équipe municipale à Montreuil, cette évaluation portait sur deux programmes d’investissement des migrants et de la mairie de Montreuil dans le cercle de Yélimané :
- un programme dit de jumelage coopération
- et le programme PADDY d’appui au Développement Durable de Yélimané par la réalisation de barrages rizicoles et d’appui à l’agriculture.

Le PADDY, vaste programme vitrine de l’ancien maire, cristallisait différents intérêts par rapport auxquels les enjeux d’une coopération décentralisée de territoire à territoire c’étaient peu à peu totalement dissous :
- intérêt idéologique de l’ancien maire plus porté sur la démonstration de l’intérêt d’une coopération Sud-Sud (contre le "colonialisme post-développementiste") à travers le financement d’une composante vietnamienne, brésilienne, vénézuelienne que sur une analyse précise et argumentée des problèmes rencontrés dans la région.
- intérêt du ministère de l’agriculture malien à orienter les financements sur quelques grands aménagements plutôt qu’une série de petits aménagements mieux adaptés
- intérêt des migrants à ce que leurs apports soient plus visibles
- intérêts beaucoup plus variés des populations pour lesquelles les "barrages" représentaient une option parmi d’autres priorités.

Dans ce contexte, l’évaluation pose la question de la spécificité des interventions de coopération décentralisée qui en viennent à faire de l’aide multilatérale en se préoccupant très peu en définitive de la construction des institutions locales que sont les communes et des possibilités d’améliorer les capacités locales de prise en charge d’une partie de cout du développement. La nouvelle équipe municipale s’étant investie dans des démarches plus pertinentes et durables de renforcement des capacités des nouvelles collectivités locales, ce travail a pu se poursuivre par un petit accompagnement à la définition des réorientations nécessaires avec les élus du cercle et les migrants de la ville de Montreuil. Ces réorientations étant rendues possibles par l’engagement de l’Etat malien a poursuivre les réalisations hydro-agricoles dans la région à travers une nouvelle Agence.

Voir rapport sur le site de la ville de Montreuil : http://www.montreuil.fr/files/SANTE-SOLIDARITE/echanges-internationaux/rapportfinal_montreuil_yelimane_21092009.pdf

ps: Cette expérience donne à voir comment à partir d’un discours idéologique certes intéressant (coopération sud-sud, versus coopération nord-sud) on en vient à renforcer de manière évidente la dépendance extérieure d’un cercle déjà particulièrement atteint par l’assistanat de toute sorte (notamment des migrants).